Les Finances engagées

L’estimation « bien en amont » du coût du projet de contournement d’Ussel se monte à 5 millions d’euros. L’exemple voisin, de la rocade de Saint-Flour, montre que le montant final d’un chantier de ce type peut se révéler être le double de celui estimé. Donc il semble donc raisonnable d’envisager ici un coût final de l’ordre de 8 à 10 millions d’euros. Le fait que la Région apporte son aide à hauteur de 50% des frais engagés ne doit pas faire oublier qu’il s’agit là d’argent public, donc d’argent issu des impôts versés par les citoyens de ce pays. C’est pourquoi son utilisation doit répondre à un besoin prioritaire, soutenu par une demande de la population, afin de ne donner lieu à aucune suspicion de gaspillage.

A ce jour cet investissement, aux rares avantages et aux nombreux inconvénients, n’est pas accepté par la population. Dans les discussions il ressort que, en restant dans le domaine du désenclavement, cette même somme pourrait être avantageusement utilisée pour, par exemple, soutenir, entretenir voire développer le ferroviaire qui se meurt dans notre région. La disparition de la billetterie sur les gares locales de Neussargues et Murat en est la triste illustration. Au-delà des transports, le département se grandirait en répondant aux demandes croissantes des habitants, comme l’installation de panneaux solaires ou thermiques chez les particuliers : que de subventions envisageables avec 8 millions d’euros !

Une mauvaise utilisation de l’argent public peut briser l’attrait touristique du Cantal.